Brigitte, professeure de français au Portugal, enseigne le FLE depuis plus de 20 ans et nous fait profiter de son expérience et de ses réflexions sur l’évolution de notre profession. Encore un beau témoignage à lire et à partager !

Q1. Tu es professeur en collège au Portugal. Peux-tu nous parler de la place de l’enseignement du français là-bas ?

Malgré les différentes démarches des institutions comme l’APPF (Association Portugaise des Professeurs de Français) et la FNAPLV (Fédération Nationale des Associations de Professeurs de Langues Vivantes) au Portugal, pour insister auprès du Ministère de l’Éducation sur le besoin de valoriser l’importance de l’apprentissage des langues vivantes dans la formation des jeunes étudiants et de rendre obligatoire l’enseignement de deux langues à partir du collège, les changements des curricula imposés par les réformes du gouvernement ont sérieusement menacé l’enseignement du français, comme langue étrangère. Ces dernières années, on a assisté, en effet, au déclin de la notoriété du français dans les écoles portugaises. Actuellement, les élèves en première année du collège n’étudient qu’une langue étrangère : l’anglais qui est obligatoire. L’introduction d’une deuxième langue étrangère dans le curriculum ne se vérifie qu’à partir de la 5ème. Une fois arrivés à ce niveau d’enseignement, les étudiants peuvent choisir : français ou espagnol. Il est important de souligner que ceux qui choisissent le français n’auront, pour la plupart, que trois ans d’apprentissage, puisqu’au lycée, le programme curriculaire des différentes filières n’exige, à nouveau, que l’étude d’une langue étrangère. La deuxième langue peut être une option pour la filière littéraire mais l’inscription de 20 élèves minimum est exigée pour qu’un professeur puisse enseigner une langue au lycée.

Q2. Tu tiens un blog pour tes élèves. Peux-tu nous expliquer ce qui t’a motivé à le créer ?

En tant que professeure de FLE qui ne bénéficie que de 2 cours par semaine (un cours de 90 mn + 1 cours de 45mn) pour l’enseignement d’une langue étrangère dans des classes avec un nombre considérable d’élèves (entre 24 et 28), j’ai décidé de créer le blog Le FLE à la Une pour permettre à mes apprenants de continuer à être en contact avec la langue française, en dehors des cours, dans un but précis : améliorer leurs compétences langagières (CO/CE/PO/PE) pour les préparer à l’examen du DELF A2 auquel la plupart des élèves sont candidats à la fin de la 3ème.

Cet espace sur la toile est né, par conséquent, pour être un espace pédagogique d’apprentissage mais il s’avère aussi être un espace de partage pour tous les profs de FLE qui souhaitent enrichir/ diversifier leurs pratiques.

 

Q3. Quels sont les retours de tes élèves sur le blog ?

Pour motiver mes élèves à visiter le blog, je leur propose toujours, associée à une nouvelle publication, une activité ludique (mots croisés, jeu du pendu, le jeu du millionnaire, quiz, texte à trous, dictée,…). Ce sont toujours des exercices auto-correctifs qui vont leur permettre d’enrichir leur vocabulaire, de vérifier leur compréhension (CO/CE) des documents présentés et de (re)produire de petits énoncés écrits. Cette auto-évaluation est fructueuse car elle les aide à prendre conscience/réfléchir sur leur acquisition/progression. Après avoir créé l’habitude de consulter le blog pour y découvrir les nouveautés, j’ai décidé de les inviter à être eux-mêmes les auteurs de certaines publications. Les impliquer dans la construction d’un projet s’avère une excellente stratégie pour les « obliger » à utiliser la langue-cible, avec davantage de régularité, pour construire un discours dans différents contextes. Ils sont toujours très réceptifs. Combien de fois j’ai eu la chance d’entendre, dans les couloirs de l’école, « Madame, ça y est, j’ai voté pour ma chanson préférée ; Madame, écoutez, j’ai déjà la nouvelle chanson du top sur mon téléphone portable ; Madame, j’ai déjà fait l’exercice A, B ou C et j’ai eu X points, vous avez vu mon score ?, …» ? Ça fait chaud au cœur de voir leur enthousiasme et de constater que le blog leur apporte un plus.

 

Q4. Tu utilises beaucoup les TICE. Tu peux nous parler d’un outil que tu apprécies particulièrement ?

Pour conférer au blog un plus grand dynamisme, il est vrai que je fais un effort pour apprendre à utiliser les interfaces de différents outils du web 2.0. La panoplie à portée de nos mains est grande et mon enthousiasme me pousse toujours à tester une nouveauté.

Le choix de l’outil dépend toujours de l’objectif prétendu lors de la conception d’une activité. Il est, par conséquent, difficile d’en élire un. J’apprécie particulièrement 2 outils : THINGLINK et PADLET. Avec le premier, on peut concevoir des présentations interactives en exploitant le potentiel visuel d’une image. Le deuxième est fort intéressant pour diverses raisons : il permet, d’une part, de publier sur un mur blanc une grande diversité de documents : images, vidéos, audios, liens, fichiers (PDF/ WORD, EXCEL) et, d’autre part, de rassembler toutes les productions des apprenants et de les rendre accessibles à tous sur la Toile. Il encourage, également, le travail collaboratif (en classe ou en dehors de la classe) et la production écrite et orale pour aboutir à une création commune.

Q5. Tu enseignes depuis plus de 20 ans. Quels sont les plus grosses évolutions que tu as observées dans l’enseignement du FLE depuis tes débuts ?

Sans aucun doute l’apparition des TICE et du CECRL (Cadre européen commun de référence pour les langues) ! Il y a 20 ans, le professeur de FLE sentait énormément de difficultés à exploiter des documents authentiques en classe. Limité à un livre scolaire, un tableau et une craie, la seule solution, pour ne pas suivre page à page le manuel, était de découvrir un kiosque pour y acheter de la presse française. Tâche difficile au Portugal dans les années 90 !

L’innovation technologique est, sans aucun doute, un phénomène social et Internet s’avère un atout pour l’enseignement et l’apprentissage d’une langue. Pouvoir puiser sur la toile une pub, un programme radiophonique, un clip, une image, des podcasts…, permet au professeur de FLE d’enrichir ses pratiques pour rendre les cours plus vivants et d’offrir, par conséquent, un enseignement plus dynamique, fondamental à la motivation des apprenants.

Les nouvelles approches dans la didactique des langues se sont également vérifiées avec la publication du CECRL et l’application de ses orientations dans la conception des programmes scolaires, dans la rédaction des manuels et dans la réflexion des enseignants sur la redéfinition des objectifs et des méthodologies de l’enseignement des langues. Personnellement, je pense que c’est surtout dans l’encouragement du travail par tâches en salle de classe et dans le domaine de l’évaluation des compétences linguistiques des élèves que l’influence du Cadre a été la plus rapidement visible et avantageuse.

 

Cet article vous a été utile ? Faites-en profiter d’autres !

Twitter
Facebook
Google+
LinkedIn
Email

Envie de poursuivre votre lecture ?

Déjà tout lu ? Abonnez-vous !

Aux podcasts des Agités

À l'infolettre d'Agito