Gabrielle est prof de FLE, formatrice de formateurs, auteure de manuels, auteure sur T’enseignes-tu. On peut aussi la retrouver sur son excellent blog GabFLE. Elle a participé aux journée AppliFLE et nous en parle.

Q1. Comment s’est déroulé le colloque ?

Les Journées Applifle se sont déroulées à Montpellier, sous le soleil ! Y étaient proposés des ateliers pratiques autour du thème « enseigner autrement, les alternatives à un enseignement académique ». Les ateliers duraient 2 heures et chaque participant devait en choisir 4 parmi les 9 proposés. De plus, 6 partenaires (éditeurs, porteurs de projets…) étaient présents pendant la durée des Journées et animaient une heure d’échange avec les enseignants présents à l’événement.

Ces journées de formation ont donc ouvert le vendredi matin. Après un pot d’accueil, nous avons participé à notre premier atelier. Juste après, la rencontre avec un des « partenaires » choisi a eu lieu. L’après-midi, deux ateliers ont eu lieu. Et le lendemain matin, le samedi, nous avons eu un quatrième atelier. À chaque pause, nous étions bien approvisionnés en boissons et gourmandises, toute l’équipe de LCFF était aux petits soins avec nous, la convivialité était au rendez-vous !

Q2. Qui étaient les participants ? Y a-t-il eu beaucoup d’interactions entre les participants ?

Les participants étaient des enseignants de FLE, de France mais d’ailleurs aussi. Je n’ai sans doute pas parlé avec tous les participants mais j’en ai rencontré qui venaient du Canada ou de Suisse. Certains travaillaient dans des écoles de langue, d’autres en université, un certain nombre dans des associations, aussi. Donc voilà, c’est ce qui est le plus intéressant, dans ce genre de rencontres. Cette opportunité de rencontrer d’autres enseignants, évoluant dans des réalités différentes, est source de motivation, ou comme me l’a dit une enseignante interviewée pour T’enseignes-tu, de « redynamisation » ! À chaque pause, on discute, on fait connaissance, on échange des infos, on se demande de nouveau nos prénoms et puis on réalise à l’atelier suivant qu’on y est ensemble et qu’on se rappelle bien qui est l’autre. Et pendant les ateliers, on crée ensemble, on arrive à échanger avec beaucoup de complicité avec des personnes qu’on ne connaissait pas du tout la veille.

Le principe de ces journées n’était donc pas de proposer des conférences, mais des ateliers de pratique et d’échanges. C’est pourquoi, même si parfois en début d’atelier, une partie plus « monologuée » s’imposait pour le formateur, les échanges se lançaient assez rapidement, du moins dans les ateliers auxquels j’ai participé. Je pense qu’on aurait même pu prévoir plus de pratique et de discussions. Et me semble que quelques temps de simple échange entre participants, sur un thème proposé ou non, pourraient être mis en place pour la prochaine édition d’Applifle. Dans ce genre de rencontres, je trouve qu’on manque toujours un peu de temps pour faire connaissance, comparer nos pratiques, échanger des idées pédagogiques, etc.

Q3. Quelles interventions t’ont le plus intéressée ? Pourquoi ?

Je ne dirais pas que j’ai préféré certaines formations, même si celle de Frédérique sur le théâtre où nous étions en action du début à la fin a plu à tout le monde. Petite digression : cela fait vraiment réfléchir à notre façon d’enseigner. Lors de cet atelier de pratique théâtrale, nous avions une tâche assignée en permanence, les deux heures nous ont semblé étonnamment courtes. Dans d’autres ateliers où les formateurs expliquaient plus longuement des choses, le temps a passé un peu moins vite.

J’ai retiré des éléments utiles voire passionnants dans chacun des ateliers où je suis allée :

  • Jeux de théâtre pour dynamiser la classe de langue : l’importance d’utiliser tout l’espace classe, d’autres façons de « briser la glace » en début de cours, des techniques pour faire improviser des saynètes…
  • Le français en jeu(x) : les jeux de mémorisation du lexique par groupes, des jeux sur la localisation, nous avons beaucoup ri en les faisant.
  • Initiation à la pratique radio pour l’apprentissage du FLE : comment mieux utiliser Audacity, comment concevoir une émission de radio en direct.
  • Enseigner le FLE à l’aide d’un réseau social d’apprenant : c’était formidable de nous avoir permis de tester ensemble le réseau social, c’était pensé comme un atelier très pratique et réflexif à la fois sur les fonctionnalités d’un réseau social d’apprenants.

Q4. Si tu devais ne retenir qu’une chose de ce colloque, ça serait…

Une chose à retenir ? Un coup de tête magistralement autant qu’involontairement administré par une actrice improvisée comme moi durant l’atelier de théâtre. Effet garanti auprès des spectateurs et gros fou-rire de la part des actrices !

Cet article vous a été utile ? Faites-en profiter d’autres !

Twitter
Facebook
Google+
LinkedIn
Email

Envie de poursuivre votre lecture ?

Déjà tout lu ? Abonnez-vous !

Aux podcasts des Agités

À l'infolettre d'Agito