[av_team_member name=’Marjolaine’ job=’Lectrice à Shanghaï’ src=’https://agi.to/wp-content/uploads/2014/10/marjolaine-215×300.jpg’ attachment=’947′ attachment_size=’medium’ description=’Marjolaine est lectrice depuis le mois de septembre à l’université SISU de Shanghai. Nous avons eu envie de connaître ses impressions, un mois et demi après la rentrée.’ font_color=” custom_title=” custom_content=”]

[av_toggle_container initial=’1′ mode=’accordion’ sort=”]
[av_toggle title=’Q1. Quelle est la différence principale entre le travail dans une AF et à l’université ?’ tags=”]
Je pense que travailler à l’université requiert plus d’autonomie. On ne s’appuie pas sur un manuel, mais on doit créer ses propres cours, élaborer ses propres supports. C’est un travail qui demande du temps lorsqu’on débute, mais qui est vraiment avantageux car les possibilités sont nombreuses et variées.
[/av_toggle]
[av_toggle title=’Q2. Peux-tu raconter un peu comment se passent les cours ?’ tags=”]
J’enseigne deux fois par semaine à l’université, je travaille avec des étudiants de niveau Licence. En Chine, la Licence dure quatre ans et les cours sont axés sur des compétences à développer. Ainsi, les cours de deuxième année sont basés sur l’expression et la compréhension orales, tandis que les cours de troisième et quatrième année sont davantage centrés sur l’écrit. Je dispense également des cours de méthodologie (mémoire, dissertation) aux niveaux les plus avancés, pour les étudiants qui se destinent à poursuivre leur formation en France, dans les Grandes Écoles par exemple.
[/av_toggle]
[av_toggle title=’Q3. Qu’est-ce que tu aimes dans tes cours à l’université ?’ tags=”]
J’aime la possibilité d’exploiter mes propres supports et d’adapter mes cours en fonction des besoins des étudiants. J’aime aussi les rapports amicaux que j’entretiens avec mes classes. Les lecteurs ont une relation privilégiée avec les étudiants chinois car ce sont généralement les seuls professeurs natifs avec lesquels ils peuvent échanger, donc on est très souvent sollicités pour discuter ou renseigner nos étudiants. On est dans une relation de confiance.
[/av_toggle]
[av_toggle title=’Q4. Des conseils pour les futurs lecteurs ?’ tags=”]
Je pense qu’il ne faut pas hésiter à communiquer dès le début avec ses collègues, aussi bien les autres lecteurs que les professeurs chinois, qui connaissent bien leurs étudiants. Étant complètement autonome pour élaborer les cours, on peut parfois se sentir dépassé par l’ampleur de la tâche. S’intégrer dans l’équipe enseignante permet donc de bénéficier de précieux conseils, non seulement pour le travail à l’université mais aussi pour la vie quotidienne en Chine.
[/av_toggle]
[av_toggle title=’Q5. Un conseil pour s’adapter à la vie à Shanghai ?’ tags=”]
Shanghai est une ville au rythme trépidant et les tentations de sortir, visiter et faire la fête sont nombreuses. C’est assez exaltant mais aussi très fatigant. Je pense qu’il est important de prendre son temps, d’aller à son rythme pour découvrir cette ville immense. Il ne faut pas hésiter non plus à aller à la rencontre de ses habitants qui sont très ouverts.
[/av_toggle]
[/av_toggle_container]

Cet article vous a été utile ? Faites-en profiter d’autres !

Twitter
Facebook
Google+
LinkedIn
Email

Aux podcasts des Agités

À l'infolettre d'Agito