Après le défunt CITO de l’Université de Grenoble et le répertoire collaboratif que vous connaissez bien, c’est au tour de Vincent et Tiphaine de créer un nouveau moteur de recherche spécialement dédié au FLE ! Le couple nous parle de leurs motivations et du pourquoi du “Moteur du FLE“.

Q1. Dans quels contextes enseignez-vous le FLE ?

À l’heure actuelle, ma compagne enseigne dans deux endroits différents : l’Alliance Française de Bordeaux et un lycée à Talence dans un dispositif d’insertion pour les primo-arrivants.

À l’Alliance Française, Tiphaine donne des cours de FLE, et est spécialisée dans la préparation au DELF B2. Elle participe également avec deux collègues à l’élaboration d’ateliers actionnels nouvellement mis en place à l’Alliance Française.

Au lycée, les jeunes ont entre 15 et 19 ans et viennent pour la plupart de pays en guerre. Ils sont débutants en français et ont la chance de se voir offrir par l’Éducation Nationale, une année de FLE et de remise à niveau en maths. Ceci dans le but d’intégrer par la suite le système scolaire français vers un bac ou un CAP. C’est donc du FLE général à leur arrivée, puis du Français Langue Scolaire. Tiphaine les forme également au DELF A2, au CFG (Certificat de formation Générale), et enfin au PSE (Prévention Santé Environnement).

Q2. Comment vous est venue l’idée du “Moteur Du FLE” ? Vouliez-vous dès le départ créer un outil pour les enseignants et non pour les élèves ?

C’est en voyant Tiphaine et ses collègues chercher sur internet des idées de cours pendant des heures que m’est venue l’idée du Moteur du FLE. Effectivement, le but premier du site est d’aider des enseignants.

Le constat est que :

  • il est compliqué de se tenir informé des nouvelles fiches pédagogiques publiées sur différents sites internet
  • les moteurs de recherche traditionnels donnent beaucoup de résultats, mais peu sont réellement intéressants ou exploitables
  • les moteurs de recherche traditionnels ne connaissent rien au FLE, ils ne nous disent pas si une fiche pédagogique est du niveau A2, si elle concerne un objectif en particulier, …
  • les moteurs de recherche traditionnels ne permettent pas, en un coup d’œil, de se faire une opinion sur une fiche pédagogique ; il faut ouvrir toutes les pages trouvées par la recherche pour savoir par où commencer

En tant qu’informaticien de formation, je me suis toujours dit qu’il fallait changer cela. Les rémunérations des enseignants de FLE sont souvent peu élevées, il est alors compréhensible de vouloir être le plus efficace possible lors de la préparation des cours. De nombreuses solutions sont envisageables, le Moteur du FLE en est une. Les enseignants sont donc notre priorité actuelle, mais on ne s’interdit pas à l’avenir d’élargir notre public.

Q3. Quels sont les problèmes principaux que vous avez rencontrés ?

Cela faisait quelques années que je n’avais pas fait de site web. Les technologies ont beaucoup changé, les utilisateurs ont des ordinateurs qui vont sur internet, mais aussi des smartphones ou encore des tablettes. Il faut donc faire un site qui s’adapte à la taille de l’écran. C’est un exemple de compétence qu’il a fallu acquérir avant de commencer le Moteur du FLE.

Le temps est très précieux, et comme nous avons tous les deux un emploi du temps bien chargé, nous devons le gérer de manière efficace. C’est cela notre plus grand défi. Il a fallu par exemple que je passe de nombreuses heures à me former sur divers sujets, avant de m’attaquer à la réelle réalisation du Moteur du FLE.

Une fois les connaissances acquises, peu de problèmes ont été rencontrés. J’avais les idées claires sur la façon de procéder : j’ai écrit un logiciel qui parcourt certains sites pour en extraire des informations sur les fiches pédagogiques qu’ils proposent. Le tout est stocké dans une grosse base de données (2700 documents au mois d’avril 2017) pour permettre les recherches et rediriger vers les sites qui ont fait ces fiches pédagogiques. Il me reste à améliorer les possibilités de recherche et à ajouter de nouveaux sites dans la base de données, d’ailleurs si vous connaissez des sites de qualité à indexer, vous pouvez nous les signaler via cette page.

Q4. Vous avez l‘air de fourmilier d’idées ! D’autres projets en tête ?

Avant de faire le Moteur du FLE, j’avais fait un logiciel qui est l’équivalent du Moteur du FLE mais qui cherche sur votre propre ordinateur plutôt que sur internet. En effet, vous rappelez-vous des fiches que vous avez préparées il y a trois ans ? Ce logiciel, lui, le sait, et permet, par une rapide recherche, de retrouver ses anciens documents. Ma compagne l’adore !

J’ai aussi constaté que les enseignants passaient du temps à la mise en page de leurs documents. Idéalement, il faut rédiger :

  • une fiche pour l’apprenant
  • un corrigé type
  • une fiche pédagogique pour l’enseignant
  • un support à vidéo-projeter
  • un support pour tableau blanc interactif
  • un texte pour le suivi pédagogique dans un carnet de bord

Beaucoup de ces documents ont des informations en commun, mais une forme très différente. Il est fastidieux de créer tout cela, mais qu’en serait-il si un outil informatique les génère automatiquement pour vous ? Je suis en train de concocter cet outil magique : l’enseignant écrit une unique fiche pédagogique de façon guidée (sont demandés les objectifs, le niveau des étudiants, les activités,…), afin de générer en un seul clic ces différents documents à partir des informations fournies. C’est encore une source forte de gain de temps. Cela donne aussi un aspect très professionnel à ce que vous produisez, respectant scrupuleusement une même charte graphique.

Enfin, j’aimerai aider encore plus les enseignants de FLE, mais cela nécessite de dégager du temps. Ce point est résolu. Néanmoins, il faut des revenus pour assurer son quotidien. Donc pour aider sur le long terme, il faudra trouver des sources de revenus durables. Le but est de laisser l’accès gratuit au moteur de recherche. Les faibles revenus du site sont pour l’instant issus de la publicité. En gros, plus il y a de visiteurs sur le site, plus il y a des revenus, plus je peux aider les enseignants de FLE. Si vous voulez nous aider dans ce projet, parlez du Moteur du FLE autour de vous (au passage, un grand merci à Agito pour cette interview !).

J’envisage de mettre en place un système de dons (à partir d’un centime d’euro !) pour me permettre de continuer à améliorer le Moteur du FLE. Si chaque école de FLE dans le monde donnait 10€ par mois au Moteur du FLE, il est évident que nous pourrions nous consacrer à temps complet à ce projet, et non plus en prenant sur notre temps libre. Vos rêves d’outils deviendraient réalité !

S’il faut retenir une chose en informatique, c’est que tout est possible, c’est juste une question de temps (et d’argent !). Si vous avez une idée intéressante pour les enseignants de FLE, n’hésitez pas à la proposer sur cette page.

Cet article vous a été utile ? Faites-en profiter d’autres !

Twitter
Facebook
Google+
LinkedIn
Email

Aux podcasts des Agités

À l'infolettre d'Agito